L'Ultime Pérégrination

Voyage en Normandie.

11-12-2019 - 2 minutes, 38 seconds -

L’ultime pérégrination est une excursion pédagogique organisée par Valentin Daniel, Xavier Grandguillot et le Groupe Scolaire Saint Vincent, Le Havre. Elle s’est tenue du 4 au 8 novembre 2019 avec la dernière promotion du Brevet de Technicien Supérieur de Design de Communication ; Espace & Volume.

Ce voyage avait pour objectif d’être un temps d’échanges et de travail à l’extérieur de l’institution. Au sein du petit village de Biville, au bord de mer et des dunes, en Normandie. Les élèves ont séjourné une semaine dans un gîte d’étapes anciennement presbitaire et rataché au diocése de Coutances. Proche de l’église de Saint Pierre, à quelques pas du squelette du Bienheureux Thomas.

Loin des réseaux, les étudiants ont fait l’expérience d’une retraite spirituelle et créative ponctuée par divers projets et temps de recherches personnels. Accompagnés et guidés, c’est une semaine de vie en communauté et de partages qui avait pour but de forger l’année à venir et d’amener les étudiants à profondément questionner leur pratique.

Ce voyage fait l'œuvre d'une édition où textes et images présents ici sont imprimés.

Biville

Vous connaissez cette chute. Celle qui s’empare de vos tripes et qui ne les lâche qu’une fois la pente avalée. Cet abandon attendu, immuable vertige dans lequel vous basculez avec euphorie et dont la traversée et sa continuité ne cessent de vous frapper d’étonnement.

Tous suintaient d’excitation, d’attentes implacables et d’inconnus à la fois si vides et si pleins de préjugés. À coté d’eux, avalant les heures qui précèdent la découverte, dans le chaos et la confusion, vous hésitez... Quand dans un silence expiré, face à eux, s’étalent de leur splendeur, les monticules de sable que vous dévaliez marmot. Ils se libèrent, courent, sautent, roulent, jubilent et s’étonnent.

Sous la pluie, couvert par les carrés de béton marqués par l’art et la guerre, le silence et le soleil tombent. Après l’exaltation de la découverte, enfin, nous vivons ensemble.

Les journées passent et avec elles, les expériences humaines. Loin. Loin des fracas assourdissants de la ville, des craintes débilitantes qui rythment nos vies. Loin des grondements de l’inéluctable sanction sociale et loin des impulsions indécentes de nos parasites numériques.

Aux abords d’un monde.

Les pieds dans l’eau, mordus par le froid, plus vivant et au seuil d’un renouveau. Les questions s’accumulent et prennent de l’ampleur. Elles étouffent et tirent les larmes d’un futur trouble et inaccessible. Superficiellement si loin...

Là-bas, les doutes sont dissipés par la fumée, l’odeur des herbes et le raisin fermenté. L’ivresse fait vibrer avec acidité la cuisine et ils dévoilent avec candeur un fragment de leur véritable identité. Hébétés, un peu défaits.

Les virages sinueux et la mélancolie marquent la fin de la traversée. En silence, embarrassés par un étrange désarroi terrien, les échanges ralentissent et laissent place au quotidien. Qui d’un choc, rappelle à lui ces individus réunis.

Sans détour, proche de l’inertie. À mesure que les frontières s’évanouissent. Cette chute paraît si grande et son héritage, à peine dévoilé.

^ @Laura GRANDIN

Cette excursion à réunie : AUBERY Camille, BARRE Charles, GRANDIN Laura, HAROU Océane, HOULBRECQUE Léo, IZEM Adrien, LETHUILLIER Marine, OMONT Mathylde, RENAUX Mathilde, SAINT-MARTIN Sarah, VARAO GOMES DA SILVA Julie et GRANDGUILLOT Xavier, dont l’accompagnement et la posture furent déterminantes.